C'est bientôt Noël ! OFFRE SPECIALE, ce week-end seulement : -10% sur votre commande* avec le code CHRISTMAS10 * en savoir +

VDG n°4 - Calimero33, Serial GEO-Poseur !

Publié le : 22/01/2014 11:47:48
Catégories : Vie de Géocacheur

Sans eux, le Géocaching n’existerait pas ! Parce que dans « Géocaching », il y a « cacher des boîtes », les cacheurs, plus communément appelés « poseurs », méritaient un coup de projecteur... Quand, comment, pourquoi, un jour, les géocacheurs se décident à inventer leur première cache – et à poser leur première boîte ?
Portrait exclusif d’un Serial GEO-Poseur !

Passionné, efficace, discret, Calimero33 a accepté de nous accorder du temps pour une interview toute en profondeur, et il lève le voile sur sa conception du Géocaching. Merci…

Retrouvez cette interview en version PDF ici : Télécharger


- - - - - - - -

'' La mise en place de cette série représente plus de 400 heures… mais pas de travail, cela reste une passion. ''

Bonjour Calimero33 ! D’abord poseur de quelques circuits Rive droite, vous avez mis en valeur toute la ville de Bordeaux inventant un géo-parcours touristique… aujourd’hui vous faites l’actualité du Géocaching français pour avoir publié la série DTC : un parcours de plus de 1000 caches en territoire girondin ! Vous êtes devenu fou ?

Bonjour à vous. Fou je le suis mais depuis tout petit, je rassure tout le monde je consulte ;)


Emile, de la team Calimero33, futur Sérial GEO-Poseur ?

Heureusement la team Calimero33 est une team familiale qui est très équilibrée. Dans cette team tout le monde a un rôle. Madame est notre dénicheuse de caches, toujours l’œil pour les débusquer. Le petit (5 ans), lui, est toujours partant pour aller se promener et chercher quelques caches (ou en poser depuis peu : GC4TRR0, Emile et le Loup), c’est donc notre moteur. Pour ma part, je suis le chauffeur et à mes heures perdues poseur.

La première cache fut posée il y déjà plus de 2 ans, dans le parc où la famille adorait venir se promener. Le lieu nous semblait idéal pour une cache, avec une vue sur Bordeaux (située sur le coteau rive droite), un parc avec des jeux pour enfants et plein d’animaux en liberté. Puis dès le lendemain, lors d’un pique-nique familial dans un port peu touristique du Bassin d’Arcachon qui est pourtant superbe… on a posé notre deuxième cache.
La publication des 2 caches est arrivée presque en même temps et les premiers visiteurs nous ont fait des retours plutôt positifs.

 

A ce moment-là, nous pensions poser 10 ou 20 caches en Gironde… mais c’était sans compter sur le virus que nous avions contracté lors de cet été 2011. Deux ans et demi après, et 1000 caches plus tard, on s’aperçoit que nous sommes bien malades - mais je vous rassure madame nous soigne (car c’est elle la moins malade).

 

'' Certains semblent avoir du mal à franchir le pas entre recherche et pose d’une cache. Nous tentons de les aider et surtout les rassurer ''

 

La Gironde était l’un des départements les plus pauvres en caches… mais ça, c’était avant ! Comment choisissez-vous vos terrains cibles ?

Avant quoi ? Je suppose que vous voulez parler de la création d’une page Facebook par mathildesarah qui a fédéré les géocacheurs (ndlr : le groupe Geocaching Gironde). Cette page que je co-administre maintenant (si on peut parler d’administration) a permis à plusieurs géocacheurs de Gironde de discuter ensemble, et il en ressort un nombre grandissant de poseurs. En effet certains semblent avoir du mal à franchir le pas entre recherche et pose d’une cache. Nous tentons de les aider et surtout les rassurer.

Sinon pour les choix des spots je ne pense pas être le meilleur sur le sujet, je vais même peut-être vous faire peur. En effet je pratique la solution « aucun repérage » qui je l’avoue n’est pas forcément une bonne solution mais qui permet de ne pas trop se prendre la tête pour la pose. Pour cette technique il vous suffit : d’un bon sac à dos plein de caches de tous types et de différentes tailles, d’un GPS (voire 2 comme moi pour pouvoir prendre 2 coordonnées en même temps, c’est mon côté fainéant) et de bons yeux pour trouver des spots rapidement qui tiennent la route dans le temps.
Après pour trouver les lieux, au début ce fut sur des sites que l’on connaissait et que l’on aimait bien. Puis j’ai cherché des idées de balades sur les sites WEB des collectivités proches de chez nous, d’où les 2 boucles sur Bouillac et les 2 sur Lormont.


La Grosse Cloche, Bordeaux

Suite à cela, je me suis lancé dans la pose de caches dans notre belle ville de Bordeaux (exemple : GC3JQYE La Grosse Cloche).

J’ai voulu mettre en avant les monuments du patrimoine Bordelais. Rapidement ces caches furent appréciées par les touristes mais hélas moins par les locaux car les caches sont un peu répétitives (d’où mon surnom, « une pause s’impose » en rapport à mon « hint » fétiche).

Rapidement, j’ai voulu aider les touristes et j’ai mis en place un classement de ces caches par intérêt touristique, le site Caches bordelaises, et un traducteur automatique des descriptifs des caches dans plusieurs langues vit le jour.
Depuis, beaucoup de touristes français et étrangers me contactent quand ils passent sur Bordeaux pour échanger autour d’un verre ou d’un repas. Que de belles rencontres.

Après cette aventure, et sur une idée d’un ami, Listal33, nous avons mis en place la Géodyssée33 (GC42A52). Nous étions 5 placeurs et ce fut un travail assez long et surtout un gros boulot de synchronisation. C’est cette série qui m’a donné l’envie de mettre en place le DTC (Détonnant Trail Créonnais), GC3YFC9.

J’ai mis un an à franchir le pas, et c’est grâce aux encouragements en septembre dernier de Listal33 et domino50 que je me suis décidé à concrétiser ce projet… au grand dam de madame Calimero33.

En premier il a fallu chercher les pistes de randos et les mettre en forme sous Google Earth pour les découper en 26 séries. Le but était d’avoir des circuits qui devaient tous avoir un but touristique.

Après je me suis dit que ces circuits devaient tous avoir une bonus, c’est toujours un petit plus. Les spots des caches ont étés choisis sur le circuit de randonnée c’est pour cela qu’il n’y aucun intérêt de faire une cache seule : le but est bien de faire la randonnée en entier (ou en découpant celle-ci pour les personnes prenant leurs temps).

Je me permets une petit précision, le DTC ne permet pas de faire gonfler son compteur à vitesse grand V, car les caches sont placées sur plus de 200Km et je ne pense pas qu’il soit possible de faire plus de 70 ou 80 caches par jours, sauf peut-être pour les plus sportifs d’entre nous. Et puis il vaut mieux prendre son temps pour profiter des paysages.


Souvenirs de La Semaine Digitale, session découverte du Géocaching, Bordeaux 2013

 

'' Beaucoup de touristes français et étrangers me contactent quand ils passent sur Bordeaux pour échanger autour d’un verre. Que de belles rencontres ''

 

Des sites satellites, mais aussi des indices, des photos, un menu de navigation sur la page de chaque cache du DTC, des descriptifs soignés et en plusieurs langues sur les caches bordelaises, des caches « Bonus »… on peut vraiment allier qualité et quantité ?

Je ne sais pas si on peut parler de qualité, mais je tente de faire des descriptifs des caches qui donnent une idée de ce que l’on va découvrir sur place. En effet, je pense qu’il manque un critère dans le descriptif des caches, nous pratiquons ce loisir tous d’une manière différente, et nous ne recherchons pas obligatoirement les mêmes choses.

On peut dire que les familles cherchent une promenade avec une cache avec des joujoux dedans.
Les touristes cherchent à faire du géocaching tout en visitant la région et donc avoir des informations sur les lieux visités.
Les amoureux des énigmes qui adorent se creuser les méninges, la cache n’est juste là que pour signer le log pour finaliser leurs recherches…

Et des tas d’autres manières de géocacher. Du coup, je tente de mettre en place sur chaque descriptif les éléments pour répondre à la cible principale de la cache ou du circuit que je propose.
Sur Bordeaux, les caches sont là pour faire du tourisme, donc j’ai pris soin de faire des descriptif des lieux, de faire une traduction dans 3 langues et mettre un moteur automatique pour traduire le descriptif dans d’autres langues. J’ai mis aussi, sur tous les descriptifs des caches Bordelaises, un lien sur un site dédié à la découverte de Bordeaux par le géocaching (le site Caches bordelaises que je prévois de mettre à jour encore pour proposer des parcours de 1h, 2h, demi-journée ou journée entière).
Pour les circuits, j’ajoute le plus souvent les GPX de la série, un lien vers le tracé du circuit sur Maps (ce qui permet avec un Smartphone de savoir si on est toujours sur le tracé ou si l’on commence à se perdre).
Pour les énigmes, je tente de mettre tous les éléments pour résoudre les problèmes et de valider le résultat via un checker.

Je pense qu’il y a encore plein de choses à améliorer mais hélas il n’y a que 24h dans une journée. De plus, sur toutes les caches, il y a un lien vers : notre page facebook, le forum France Geocaching, et surtout un lien sur l’event « fou de géocaching » du mois en cours. En plus sur le DTC un site dédié va être mis en place avec des cartes, les gpx, les roadbooks, des galeries photos pour chaque série (photos des logs)… en gros tout pour se faire une idée de ce que l’on va rencontrer en cherchant la cache.

 

'' Madame a bien aimé cette étape, car il parait que j’étais très ouvert à la conversation (comme tout homme qui se respecte je ne sais pas faire 2 choses à la fois). ''

 

Mais c’est un travail de titan ! Côté organisation, ça donne quoi ?

C’est qui ce mytho de Titan ? Non c’est un travail de la team calimero33. ;)
Plus sérieusement, au niveau mise en place, c’est assez long mais tout repose sur une « pseudo organisation ». Si on prend comme exemple le DTC (26 séries, 200Km et plus de 800 caches) je ne peux pas dire que ce fut rapide et de tout repos. Mais on peut distinguer 4 grandes étapes.

1ère étape, la recherche

La première c’est la recherche des pistes de randos. Pour information, cette recherche fut réalisée les fesses vissées sur un fauteuil bien confortable (ma position favorite avec la position « vautrage » dans le canapé), merci le WEB. Cette première étape fut la plus rapide, car nous avons pleins de sites qui recensent les pistes de randonnées. Après il ne restait plus qu’à découper les circuits pour former 26 séries. Donc pour cela, il suffit d’avoir Google Earth… et de la patience. 

2ème étape, la fabrication des containers

Deuxième étape, la moins passionnante, fut la création des caches. En effet, tout est fait maison, c’est de l’artisanat 100% Français (lors de la fabrication je mets toujours mon pull marinière ;) ).


Le DTC : 2500 feuilles, 1,5km de ruban, 300m de fils métalliques, 600 bouts de crayons, qu’il a fallu tailler…

Pour les logbooks, j’ai imprimé 2500 feuilles (5 ramettes de papier) que j’ai découpées, agrafées pour faire des petits livrets. Puis j’ai déroulé plus de 1,5km (oui c’est bien en kilomètre) de scotch d’électricien pour camoufler les caches. Puis accroché plus de 300m de fils métalliques pour attacher certaines caches. Il ne faut pas oublier les 300 crayons que j’ai découpés en 3 (j’ai pris la technique de Jésus et sa multiplication des petits pains, eh bien elle marche aussi pour les crayons).

Enfin j’ai eu le droit de tailler 600 bouts de crayons… et usé 2 tailles crayons. Cette étape se fait devant la télé quand le petit est au lit.
Madame a bien aimé cette étape, car il parait que j’étais très ouvert à la conversation (comme tout homme qui se respecte je ne sais pas faire 2 choses à la fois).

3ème étape, la pose

Puis vient la troisième étape, la pose. C’est le meilleur moment. Toutes les caches ont étés posées en vélo et ce fut enfin le moment de découvrir les sentiers que j’avais seulement observés depuis Google Earth (et des photos sur certains sites de rando) - oui oui vous avez bien lu !

Une journée de 8 ou 10h de pose, me permet de poser 2 séries. Bon le seul problème la team calimero33 n’a qu’une géo-voiture, donc là encore madame apprécie beaucoup les journées enfermée avec petit loulou dans la maison, mais nous avons un jardin donc il ne faut pas les plaindre. ;)

4ème étape, la saisie des caches pour publication

Puis la partie la plus difficile, pour laquelle il faut rester bien concentré, c’est la saisie des caches sur le site. Il faut trier les images pour les spoilers, noter les hints, saisir les pages avec les différents liens. Un travail que l’on ne peut pas faire tout en regardant la télé, c’est bien dommage… mais c’est la dernière étape et donc c’est la finalisation d’une série.
Cette étape est aussi très appréciée par Madame car il parait que devant mon PC je suis seul dans mon monde.

C’est un peu pour cela que j’ai ouvert le DTC avec seulement 19 séries pour retrouver un peu de motivation pour finir les 7 autres.
Donc pour parler un peu de chiffres (vu que tout le monde m’en parle), la mise en place du DTC représente plus de 400 heures… mais pas de travail, cela reste une passion.

 

'' Il vous suffit : d’un bon sac à dos plein de caches de tous types et de différentes tailles, d’un GPS et de bons yeux pour trouver des spots rapidement qui tiennent la route dans le temps ''

 

Et après publication… vous soufflez un peu ?

Après la publication, on ne peut pas dire que je souffle, on peut parler plus de brasser de l’air - vous allez me dire que le résultat est un peu le même.

En effet j’attends toujours avec impatience les premiers retours. Avec le DTC j’ai en plus un peu stressé car je ne savais pas si les géocacheurs allaient aimer ou pas ce style de géocaching. Donc un peu de stress car c’est quand même un gros investissement et donc si les retours ne sont pas positifs, c’est forcément un peu décevant. Pour le moment cela ne se passe pas si mal que ça... :)
Puis il faut aussi lire un peu tous les logs (plus de 800 mails dans le week-end le du 11 janvier) pour détecter les possibles problèmes sur les caches. Le hint qui ne va pas, le spoiler qui ne fonctionne pas… et puis les DNF* pour faire les premières maintenances.

Quoi, des caches qui ne sont pas en place lors de l’ouverture ??, mais ce n’est pas bon signe pour le futur… il faut juste dire que certaines boucles sont posées depuis 4 mois et que bien évidement je n’ai pas fait les 19 circuits avant l’ouverture pour contrôler que tout était bien en place.

Mais pas d’affolement, les maintenances ont commencé dès le lendemain des premiers DNF. Donc après chaque publication il faut rester vigilant un petit moment pour améliorer les caches si besoin.


Photo souvenir d’un géocacheur sur le DTC

En plus, je me suis dit pour le DTC que je récolterais les photos sur les logs pour en faire des bibliothèques d’images. Donc pour le moment on reste mobilisé.

 

'' Il faut aussi lire un peu tous les logs (plus de 800 mails dans le week-end le du 11 janvier) pour détecter les possibles problèmes sur les caches ''

 

Dans cette quantité de messages… y a-t-il un log qui vous aurait particulièrement marqué, une anecdote que vous pourriez partager avec nous ?

Des logs… Hélas le premier qui me vient en tête c’est plutôt un « coup de gueule ». En fait tout commence bien, avec « merci pour la cache» et puis juste après un « need maintenance » avec « Logbook plein ». Jusque-là rien de bien exceptionnel. Arrivé sur place je constate que le logbook côté face est plein mais que le recto est tout blanc ! Et cela 4 fois dans la même journée.
Restons positif, ce type de message est vraiment rare. J’adore lire certains logs de géocacheurs qui écrivent une histoire sur chacun de leurs logs… et puis j’aime aussi voir les photos attachées aux logs, cela permet de découvrir un peu les paysages changer au fil des saisons.

En fait après réflexion je pense que mes meilleurs souvenirs de géo-visiteurs viennent de ceux qui me contactent quand ils passent sur Bordeaux pour boire un verre ou partager un déjeuner. Je pense tout particulièrement à la rencontre de la team Bob le bricoleur autour d’un bon petit repas, mais aussi avec une team américaine TD Lover avec qui j’ai pu partager notre vision du géocaching. Je n’encourage pas non plus tous les visiteurs à me contacter pour boire un verre car je n’aimerais pas avoir une cirrhose en 2014 ;) (il faut savoir que je ne sais pas dire non à un petit verre).

 

'' Ce que j’aime le plus, c’est le hasard d’une rencontre avec des géocacheurs qui cherchent une cache que je viens maintenir. ''

 

Serial poseur, qu’attendez-vous de vos géo-visiteurs ?

J’attends une chose simple… qu’ils prennent du plaisir. Que ce soit les touristes sur Bordeaux, les amoureux de vélo sur la Géodyssée, les randonneurs sur les parcours, le principe reste inchangé, il faut que cela fasse plaisir, donc j’espère qu’il y en aura en visitant une des caches de la team Calimero33.

Et puis bien sûr, j’aime bien quand les géo-visiteurs prennent un peu soin de la cache, en la refermant bien pour qu’elle reste hermétique, que l’on ne vandalise pas le lieu où est positionnée la cache (arrachage de branche, du lierre… démontage d’un mur en pierre et j’en passe). Et puis rester discret pour ne pas éveiller les soupçons, ou si quelqu’un nous regarde, aller vers lui pour lui expliquer gentiment notre jeu (ce sont souvent de belles rencontres), et le signaler dans le log. En gros, plus on prend soin des caches moins il y a besoin de maintenance.

Après au niveau des logs, c’est sûr j’aime bien quand ils décrivent un peu la recherche ou le lieu, une petite photo du lieu peut aussi être sympa (j’ai bien dit du lieu pas de la cache). Mais bon, les logs sont souvent courts et on voit de plus en plus de « MPLC »**… cela ne me dérange pas outre mesure. Mais j’ai lu sur un site que les logs sont le salaire des poseurs, j’ai bien aimé cette formule.

Après la publication des 19 premières séries du DTC, j’ai reçu pas mal de messages en me parlant d’une « auto maintenance » par les chercheurs, ou d’une aide pour la maintenir. Je remercie tout le monde, mais ce sont des séries avec des indices dans les caches donc ce principe ne peut pas s’appliquer. Je ne suis pas contre un coup de main quand il s’agit de rajouter un bout de papier quand le log est plein. Et surtout… le meilleur moyen de m’aider, c’est de ne pas me demander une maintenance quand on ne trouve pas la cache : il suffit de loguer juste un DNF, je me charge d’aller sur place au bout de quelques DNF consécutifs.

Et puis ce que j’aime le plus, c’est le hasard d’une rencontre avec des géocacheurs qui cherchent une cache que je viens de maintenir. Cela m’arrive de temps en temps sur Bordeaux. C’est toujours sympa de pouvoir échanger ! La première fois c’était une superbe rencontre avec la team did_mike, qui est une team qui a posé des caches sur Bordeaux bien avant que je commence le géocaching.

 

J’ai failli oublier ! La mystérieuse série « Emile » ! Géo-artiste ?

Oui bien sûr, nous avons des âmes d’artistes…

Même si madame Calimero33 est une grande dessinatrice et sculpteuse (si si, nous exposons à la maison) nous n’avons aucune prétention dans le Géoart. En effet, le Code Emile est constitué de 5 séries de « Mystery » de plus en plus difficiles à décoder.

Ces 5 séries forment bien sûr le prénom « Emile »… Emile comme Emile Zola… non juste comme le prénom du petit de la team.

Le but est de décoder une lettre pour aller sur le terrain découvrir un parcours soit Drive-in, soit rando. Chaque série a bien sûr sa bonus.

Je vous rassure les « Mysteries » ce n’est pas trop notre fort, donc il n’y en aura pas d’autre… sauf si Emile a dans le futur un petit frère ou une petite sœur… ?

Je pense que les prénoms Léo ou Léa pourraient alors nous simplifier la vie ;).

 

'' Du coup, nous avons eu l’idée de faire des events 100% sans caches. ''

 

On a parlé du poseur… vous trouvez le temps de chercher tout de même ? Quel géocacheur se cache sous la coquille de Calimero33… ?

La team Calimero33 cherche en famille depuis peu, car la plupart des caches ont été trouvées en vacances quand le petit de la team se faisait chouchouter par sa mamie (qui aime bien l’idée du géocaching mais pour qui la technologie reste une barrière).

Donc nous cherchons souvent en couple, mais hélas encore pour madame, les recherches sont un peu intensives. Comme récemment à Lisbonne, j’ai eu la bonne idée (comme toujours) dès le premier jour de faire un petit circuit de 15Km… j’avais juste oublié de voir les dénivelés (Lisbonne, « la ville aux 7 collines »). Bon je ne vous raconte pas la fin de la journée, mais Madame n’avait pas vraiment l’intention de faire cela tous les jours... Je ne comprends toujours pas, quelqu’un peut-il m’expliquer cela ? ;)
Non sérieusement, je n’aime pas trop chercher seul, donc nous le faisons pas régulièrement et la plupart du temps pendant les vacances. Mais maintenant le petit grandit et d’ici peu on va pouvoir chercher un peu plus avec lui. Il y a quelques mois nous avons pu réaliser une boucle dans le bois du Peugue sur 5km avec le petit qui a bien supporté la demi-journée de géocaching. Mais c’est vrai qu’avec lui c’est vite compliqué.

Donc en résumé, nous cherchons peu pour le moment et quand on cherche pendant les vacances… c’est de l’intensif !


Calimero33, Event du Bassin d’Arcachon, 28/07/2013

'' Je suis juste un amoureux du principe même du Geocaching.

Et en bon amoureux je tente de le développer dans notre département. ''


Vous organisez aussi quelques rencontres… entre Fous de Géocaching ?

Ah oui, voilà encore une belle idée qui vient d’une conversation sur Facebook. En fait on parlait d’ouvrir une association et, lentement, nous avons dérivé sur le fait que nous ne nous rencontrions que trop peu et que quand c’était le cas, à l’occasion d’un event, nous courrions alors après des caches.

Du coup, nous avons eu l’idée de faire des events 100% sans caches. Le concept est simple, nous échangeons autour de notre passion dans une ambiance très conviviale. A partir de là, nous nous réunissons simplement tous les mois pour passer un bon moment ensemble.

Hélas le froid et la pluie nous obligent en cette saison à organiser cela dans un bar ou restaurant, mais vivement cet été pour faire de grands pique-niques dans notre beau département (plage, vignoble, bord de Garonne…). Mon plus grand bonheur, c’est de voir le plaisir des gens de se retrouver autour d’un verre pour discuter de leur passion…
Imaginez, des personnes habitant à deux heures de route sont venus lors de l’event de Décembre et sont revenues en Janvier par attachement à ce type de rencontres.

En plus l’organisation d’un tel event est très simple ! Donc j’encourage tous les géocacheurs à développer ce type de rencontres, qui existe depuis un bon moment dans d’autres régions comme vers Cannes, avec les events de la team nocybe1810.

« Fous de Géocaching », c’est une belle réussite - comme quoi en discutant ensemble on développe de belles choses.


En prime sur les séries, des badges « faits maison » pour les premiers à trouver



'' il faut que cela fasse plaisir, donc j’espère qu’il y en aura en visitant une des caches de la team Calimero33 ''

Vous posez, vous cachez, vous animez… vous êtes salarié Groundspeak ?! Ou vous cherchez juste à devenir une star ?

Une star, ah bon cela existe dans le géocaching ? Pour rappel nous pratiquons un loisir et non un sport olympique (dommage je me voyais bien à Sotchi, quoi que je ne sais pas si je me serais qualifié ;) ).

Comme on dit vulgairement, ce n’est pas la taille qui compte, j’espère que dans le Géocaching ce ne sont pas les stats qui font les géocacheurs. Pour ma part les chiffres ne sont que des chiffres. Chacun vit le géocaching différemment donc il me parait impossible de comparer des géocacheurs et surtout pas avec des chiffres.
Je suis juste un amoureux du principe même du Geocaching. Et en bon amoureux je tente de le développer dans notre département.

L’année dernière (mars 2013) nous avons pu organiser avec la ville de Bordeaux une après-midi d’initiation au Géocaching. 100 personnes ont étés initiées par 6 géocacheurs. Nous avons remis le couvert l’été dernier sur le bord du Bassin d’Arcachon. Je suis plus fier de ces 2 actions que la pose des caches que j’ai pu mettre en Gironde. Et puis sincèrement, j’ai délibérément ouvert le DTC sans faire d’event car je pense que la team Calimero33 préfère rester dans l’anonymat derrière son pseudo.

Oups je viens de m’apercevoir que je parle de moi à la troisième personne, je dois vite consulter car je pense que les chevilles enflent, c’est grave docteur, amputez moi cela rapidement ;).

 

'' … j’en profite pour leur dire que je les « aime jusqu'au soleil », ils comprendront''

 

De nouveaux projets, déjà, un petit scoop pour terminer l’interview ?

Hélas pas de scoop, mais des projets plein la tête…

On peut quand même dire qu’une association va surement voir le jour rapidement en 2014. Cette association va nous permettre de simplifier les discussions avec les collectivités et offices de tourisme (l’été dernier j’ai eu du mal pour mettre une affiche dans l’office de tourisme car je n’étais qu’un particulier et non une association). Et puis mettre en place des events avec un toit s’il ne fait pas beau c’est possible avec une association et plus difficile en tant que simple particulier.
Et puis je garde toujours en tête des sessions gratuites de formation ou de perfectionnement sur des sujets diverses comme choix d’un GPS de rando (avec test des gps des membres), utilisation de GSAK (moi j’aimerais comprendre comment ça marche ;) ), ateliers création d’une cache, rédaction d’une belle description… et plein d’autres sujet.

Puis nous avons quand même en projet de faire éditer un géocoin aux couleurs de la Gironde. Comme vous pouvez le voir plein de projets, il ne reste plus qu’a les concrétiser.

Ah ! J’allais oublier, j’ai quand même un scoop pour vous. Je peux vous annoncer que le projet qui me tient le plus à cœur c’est de m’occuper en 2014 de ma petite famille qui a subi depuis 4 mois mon comportement un peu hors norme… C’est quand même grâce à leur patience que j’arrive à faire tout cela (j’en profite pour leur dire que je les « aime jusqu'au soleil », ils comprendront).

Donc comme on dit dans le Bordelais, une pause s’impose.

 

NDR 15/02/2014 : Decouvrez une interview complémentaire de Calimero33 sur le Blog de Tof Géocaching !

*DNF : acronyme pour "Did Not Find", permet au géocacheur de signaler au moment de loguer sur le site Geocaching.com qu'il n'a pas trouvé la cache.
** MPLC : acronyme pour "Merci Pour La Cache", équivalent de TFTC "Thanks For The Cache"
Retrouvez sur le forum France-Geocaching.fr un sujet sur le vocabulaire du geocaching.

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)