VDG n°6 - Tingan's et Zohan Z, Géocacheurs de l'extrême

Publié le : 07/11/2014 11:50:27
Catégories : Vie de Géocacheur

Dis-moi comment tu géocaches, je te dirai qui tu es ! Tingan’s se prête avec passion et pédagogie au jeu de cette interview, et nous ouvre la porte d’un monde parallèle, dans lequel les géocacheurs cherchent des boîtes… particulièrement bien planquées ! Gestion du risque, évolution sous terre ou dans les airs… rencontre avec un géocacheur de l’Xtrême !
Et comme cette pratique du géocaching est à déconseiller en solitaire, Zohan Z accompagne Tingan’s dans cette aventure un peu particulière… celle de répondre à nos questions !

Pour un plus grand confort de lecture, nous vous recommandons de télécharger cette interview en version PDF ici : Télécharger


- - - - - - - -

'' Le géocaching se marie parfaitement avec les sensations fortes ''

Bonjour Tingan’s, merci d’avoir accepté cette invitation ! On a vu une vidéo, ce n’est pas la première que vous partagez d’ailleurs, le type de vidéo qui fait dire « waouh », waouh c’est beau – mais bon sang waouh que c’est haut !

Bonjour, et merci de l’intérêt que vous portez à notre sport, dans cette video il s’agit de la cache « 45 mètres de rouille » (GC52DCM) que j'ai faite avec Zohan Z.

Nous avons filmé notre aventure à la Gopro fixée sur nos casques pour pouvoir faire un film souvenir et le partager via les réseaux sociaux avec la communauté de géocacheurs.

Cela permet aussi de faire découvrir notre sport et, pourquoi pas, de créer de nouvelles vocations...

 

A en croire cette vidéo, vous êtes un drôle d’oiseau ! Vous « chassez » les caches extrêmes ?

Je pense être un géocacheur plutôt dynamique, j’apprécie beaucoup les séries pouvant être faites en VTT ou course à pied. Mais les caches extrêmes ont toujours un petit truc en plus que les autres n’ont pas et qui les rendent vraiment uniques, ces expéditions sont toujours de très belles aventures.

Je fais aussi des caches plus traditionnelles (près du sol) en famille, c’est d’ailleurs de là que vient le pseudo tingan’s (c’est en relation avec nos prénoms).

 


45 mètres de rouille, Tingan’s et Zohan Z

 

'' La sécurité doit toujours passer avant tout, je ne prends jamais de risques, il faut être sûr de ce que l’on fait ''

C’est quoi une « T5 » ?

Toutes les caches sont notées, en difficulté et en terrain de 1 à 5. Ce que l’on appelle communément « une T5 » est une cache avec une notation de terrain niveau 5, un géocacheur cherchant ce genre de caches se nomme T5’eur et T5’euse.

Ce sont les caches théoriquement les plus difficiles à atteindre. On les trouve uniquement à l’aide d’un équipement spécifique : matériel d’escalade, kayak, etc...

Il existe plusieurs catégories :

 


Les différents types de T5

 

'' Il existe une multitude de caches totalement démesurées dans le monde. Sur l’Everest, au Groenland, en Antarctique, peut-être même un jour sur la Lune ou sur Mars, ça n’est pas impossible ! ''

 

Sérieusement... aventurier ou casse-cou ? J’imagine que ce type de caches, au moins certaines d’entre-elles, se prépare longtemps à l’avance...

Sérieusement… On me dit souvent les deux, on me dit aussi que je suis fou ! Mais je pense n’être rien de tout cela.

Effectivement certaines caches se préparent, se réfléchissent et s’organisent à l’avance. Il est difficile de partir à plus 100 km de chez soi sur un coup de tête, les mains dans les poches pour faire une super T5 qui vient d’être publiée.

Dans la grande majorité des cas, une corde, un baudrier et un peu de matériel suffisent, mais parfois il faut du matériel plus spécifique comme une catapulte pour lancer un petit sac dans les arbres les plus haut, un bon éclairage et une combinaison pour la spéléo, un kayak ou des palmes/masque/tuba pour les nautiques, et il est aussi important d’avoir un bon binôme.

 

Donc vous n’êtes jamais seul sur ce type de sortie ! Qui sont vos compagnons d’aventure ?

Il est évidement préférable de ne jamais faire ce type de caches en solo, mais je dois avouer que la plupart des T5’eurs font certaines caches arboricoles, assez simples, seuls.

Nous formons, avec Zohan Z, un binôme de manière régulière, que ce soit sur des T5 un peu plus techniques qu’un simple arbre ou lors d’évents d’initiation aux T5 arboricoles que nous organisons de temps en temps.

www.gxcnetwork.fr

Il existe également un site web pour les géocacheurs extrêmes, ouvert aux mordus d’aventure T5 : le GXC (Groupe Xtreme Caching), avec de nombreux T5’eurs connus et reconnus comme vlr92, machinery57, Les petits Poucets, Nelka51, lesplusf, La Team_zohan, Les Gloobs, Australianraideur et j’en oublie énormément...

 

'' Les caches extrêmes ont un petit truc en + que les autres n’ont pas... ''

 

 

Géocaching et sensations fortes, c’est un bon mariage ?

Bien sûr, le géocaching se marie parfaitement avec les sensations fortes.

Lorsque les T2Bcool m’ont fait découvrir le géocaching j’ai été un peu sceptique. Et puis un jour, au cours d’une petite balade en amoureux je me suis dit : si on cherchait...
On a cherché et on a trouvé, je me suis alors mis à géocacher jusqu’au jour où j’ai compris le système de note, c’est là que j’ai eu le déclic !

Connaissant le travail sur corde depuis plusieurs années, je peux donc lier le géocaching avec certains sports extrêmes. Ma passion pour les T5 est née et elle donne même un nouveau but aux « sorties grimpe » !

 

Un peu de sensationnel... jusqu’où le géocaching peut-il nous emmener comme ça ? Selon vous, quelle est la cache la plus extrême... et la convoitez-vous ?

Au-delà des arbres, des falaises et des cours d’eau, loin des cordes, des sangles, des mousquetons et de notre matériel classique de grimpeur, il existe une multitude de caches totalement démesurées dans le monde. Sur l’Everest, au Groenland, en Antarctique, peut-être même un jour sur la Lune ou sur Mars, ça n’est pas impossible !

Les caches les plus extrêmes sont les D5/T5, la cache la plus difficile doit surement être celle de l’ISS, la Station Spatial International (GC1BE91), mais celle-là je pense ne jamais pouvoir la loguer !

 

'' Le Sud parisien, l’Est et le Sud-Est de la France sont les régions ou il y a le plus de T5 ''

Bref, ce n’est pas à la portée de tout le monde !

Clairement, non !
Si une D5 de la série des « Geek », par exemple, n’est pas à la portée de tout le monde, une T5 n’est pas non plus à la portée du premier venu !

Il faut un minimum de connaissance sur la sécurité, le matériel et la manière de l’utiliser. La sécurité doit toujours passer avant tout, je ne prends jamais de risques, il faut être sûr de ce que l’on fait.

Certaines T5 sont simples et d’autres très complexes et c’est pour cela que nous faisons des évents d’initiation, pour que les géocacheurs les plus curieux aient de bonnes bases en matière de sécurité !

 

'' La plus grande fierté que nous avons est de voir certains initiés s’équiper et commencer à être autonomes sur les T5 des environs ''

 

Justement le dernier date de quelques semaines, comment cela se passe-t-il ?

Ce type d’événement se passe très bien, les plus anxieux repartent toujours avec de supers souvenirs et des images plein la tête.

Les évents sont ouverts à toute personne majeure dans la limite des places disponibles qui varient en fonction du nombre d’encadrants.

Nous avons un site dédié à ces évents avec 4 caches arboricoles très simples, idéales pour une initiation. Nous mettons fortement l’accent sur la sécurité du grimpeur et un système de descente rapide est prévu au sol en cas de problème.

Mais la plus grande fierté que nous avons est de voir certains initiés s’équiper et commencer à être autonomes sur les T5 des environs.

Les logs parlent d’eux même : Event T5 Initiation Event #1 - Forêt de Bord.

 

http://www.mides.fr/les-caches-extremes

La France est-elle un bon « terrain de jeu » pour les géocacheurs comme vous ?

En France il n’y a pas encore énormément de caches T5 par rapport à l’Allemagne, par exemple, qui est très fournie en matière de caches extrêmes.

Les plus accros d’entre nous voyagent souvent pour aller chercher de nouvelles T5, le Sud parisien, l’Est et le Sud-Est de la France sont les régions où il y a le plus de T5.

 

D’ailleurs c’est comme tout, il doit y avoir les bonnes... et les moins bonnes T5 ! C’est quoi une « belle » T5 ?

Pour moi, une belle T5 c’est avant tout une belle aventure et de belles rencontres.

Comme dit tout à l’heure il y a plusieurs types de T5, mais lorsque je passe une journée avec d’autre T5’eurs à explorer une cavité ou lorsque que je passe 3 heures sur un kayak à descendre un cours d’eau ou encore lorsque je partage cette passion lors de nos évents… c’est à ces moments-là que je fais mes plus belles T5 et que je passe mes meilleurs moments de géocaching !

Mes plus belles expériences sont sans conteste :

  • La mythique cache d’Australianraideur : La fontaine de Jouvence (GC3VNDK), une aventure souterraine hors du commun.
  • La cache de RomLM et DocCharky : 45 mètre de rouille (GC52DCM), une cache rare avec un superbe final et c’est toujours un grand plaisir d’escalader des structures.
  • Et la pose de ma première D5/T5 : T.I.T.A.N. (GC5AHJ2), qui fut une épreuve physique et mentale très difficile !

 

Les Géocacheurs Normands

'' Nous formons, avec Zohan Z, un binôme de manière régulière ''

Où peut-on suivre vos aventures ?

Sur les réseaux sociaux : les pages Géocaching France et Géocacheurs Normands sur Facebook, sur ma chaine youtube ou encore sur le site du GXC.

 

Bon les T5 ne fleurissent pas à tous les coins de rue... A part escalader et enfiler un baudrier – vous faites quoi ?

Effectivement les T5 ne sont pas légion en geocaching, c’est pour cela que j’essaye d’en placer régulièrement. Les T5 restent minoritaire sur la totalité de mes découvertes : j’ai à ce jour environ 720 found-it et seulement une 20aine de T5, à l’inverse sur plus de 110 caches posées les T5 représentent quasiment 30% avec plus de 30 caches posées.

Plus généralement, je suis un géocacheur solitaire et sportif, cherchant souvent tôt le matin en quittant le travail, en forêt, en ville, en VTT ou à pied.

Mais il m’arrive aussi, évidement, de faire des sorties en couple et en famille, pour découvrir de jolis coins et faire de petites randos détente.

 

'' Je vous donne rendez-vous sur nos prochains évents d’initiation en Normandie près de Louviers ''

C’est la fin de l’interview ! Mais pas la fin de vos aventures !

Non ! J’ai encore pleins de projets en tête : une série (au sol) pour les enfants en forêt devrait voir le jour cet hiver, il y a une charmante petite ville déserte en caches proche de chez moi. Bien sûr nos évents d’initiation T5 sont régulièrement publiés et je songe déjà secrètement à créer une nouvelle cache D5/T5 (T.I.T.A.N. 2). Pour la chasse perso j’aimerais me concentrer sur le sud parisien, le terrain de jeu de vlr92.

 

Merci pour tout !

C’est toujours avec plaisir que je partage cette activité avec la communauté de géocacheurs, mais je tiens encore une fois à rappeler que si vous voulez vous lancer dans l’aventure n’oubliez pas que votre sécurité doit passer avant tout !

Je vous donne rendez-vous sur nos prochains évents d’initiation en Normandie près de Louviers, pour de nouveaux moments de partage et faire le plein de sensations… Merci à vous.

 

En direct ! Fin octobre 2014, pose de 2 T5… à Mérignac Centre (33) : GC5FNW8 et GC5FNWC

 

ZOHAN Z nous parle techniques de grimpe, matériel, mais pas que ! Il a accepté de partager quelques anecdotes… Alors, comment devient-on un T5’eur… et un koala par la même occasion ???

'' Il m’arrive de monter aux arbres pour le plaisir, cela va donc au-delà du géocaching ''

Un pseudo qui sonne comme Tarzan et une mascotte qui grimpe aux arbres… Zohan Z vous êtes dans le thème ;), merci d’avoir répondu à notre invitation !

Merci pour cette interview. Je me présente Mickaël 29 ans militaire de Louviers en haute Normandie. J’ai commencé le géocaching en Mars 2013 avec une initiation par un de mes collègues. Peu à peu en découvrant ce loisir nous avons créé la team Zohan, par hasard, ça sonnait bien. Du coup mon pseudo Z c’est incrémenté de « Zohan ».

Il est vrai que je ne regarde pas beaucoup le nombre de cache, il m’arrive de monter aux arbres pour le plaisir, cela va donc au-delà du géocaching.

J’ai pu pratiquer la grimpe arboricoles, structure métallique, falaise… et je trouve que l’arboricole donne une multitude de possibilités d’ascension. C’est d’ailleurs un amusement auquel je m’adonne les week-ends en repassant sur les caches déjà faites proches de chez moi, pour les faire de différentes manières.

La roche est agréable mais trop rapide à mon gout quant à la structure métallique, notamment celle de 45m faite avec Tingan’s c’est un plaisir d’évoluer avec un ami pour se détendre. J’y ai d’ailleurs amené « Loïc » le singe qui est la mascotte du travail, son but est de faire des activités hors normes… c’est fait ! ;)

Zohan Z... et la mascotte Loïc le singe !

 

'' Former un binôme est important, on minimise trop souvent le risque. Comme on dit souvent la vie ne vaut pas une cache. ''

Vous formez un binôme avec Tingan’s, aussi bien pour la recherche de caches « techniques » que sur des events d’initiation aux caches T5…
Une sacrée équipe ! Comment s’est-elle formée ?

J’ai débuté le géocaching grâce à Nitrus57 de la team zohan, puis il a fait des rencontres du groupes GXC (Groupe Xtreme Caching) où il apprenait les techniques de base des T5. Nitrus57 m’a alors initié sur une série de Tingan’s et j’ai accroché instantanément, Je connaissais donc le pseudo de tingan’s sans lui avoir encore parlé. J’ai adhéré au groupe GXC à mon tour pour créer des liens et approfondir mes connaissances.

Ce que je trouve sympa c’est que mes deux premières caches T5 trouvées sont ses deux premières posées, Sympa !!

Etant donné que nous ne sommes que deux T5’eurs de la zone, on est mis en contact pour se rencontrer et nous avons échangé nos compétences, comparé les techniques et le matériel. A partir de là nous avons eu l’idée de faire des sessions d’initiations pour augmenter le nombre d’adeptes par chez nous :) A ce jour nous en avons réalisé 3.

 

J’ai bien compris que sur certaines caches, former un binôme est indispensable...

Avant tout il faut savoir qu’en cas d’incident la vie est en jeu ! C’est un laps de temps très court pour être secouru. La pratique en solitaire est déconseillée même pour les meilleurs.

Donc former un binôme est important, on minimise trop souvent le risque. A plusieurs les caches T5 deviennent vraiment sympathique, il se créé un dialogue sur la façon d’aller la chercher, on étudie les multiples possibilités et on choisit la plus fun ^^ Par exemple, la tyrolienne, le rappel guidé, le corde à corde ou le passage d’arbre en arbre.

Dans les T5 tout grimpeur doit connaitre ses limites, aussi bien en connaissance technique que physiquement. Le but étant de se surpasser mais toujours en sécurité. Comme on dit souvent la vie ne vaut pas une cache, il faut avoir un minimum de connaissances et faire quelques grimpes pour commencer. Ne pas se lancer seul dans cette discipline !

Pour grimper en sécurité, il faut vérifier et laver régulièrement son matériel, moi je le vérifie avant chaque sortie et je le lave en fin. Il faut bien analyser chaque cache avant de se lancer, attraper de bons points d’ancrage, et surtout toujours vérifier ses mousquetons.

 

'' ... Un long moment sportif, d’endurance, et d’agilité. Mais la joie de la faire ne se remplace pas et efface toutes les douleurs. ''

 

Faire une cache T5, ça peut devenir toute une expédition ! Du choix de la cache à l’organisation de la sortie, comment vous préparez-vous ?

Le choix des T5 est assez simple, je n’ai pas de bateau, ni d’équipement de plongée et je n’ai jamais touché à la spéléo, le reste peut être sélectionné. Le but premier est de se faire plaisir, un week-end on part dans une région et on en fait un maximum, ou celles qui nous sont recommandées. Pour la plupart des caches l’owner détaille la hauteur de la cache et la longueur de corde nécessaire. Après à nous de juger car cela va dépendre du terrain, de l’arbre et de la technique choisie pour la faire. En général lors d’un road trip on prend tout notre matériel pour être sûr de ne pas louper un élément.

Avant de se lancer dans la grimpe d’arbre ou autre T5, il faut déjà connaitre les nœuds (8 double, cabestan, pêcheur, chaise, français, maréchal, prussik etc...), savoir quel matériel utiliser (ex : corde semi statique 10.5, descendeur IDS GRIGRI ID STOP etc...). Savoir aussi installer la corde en sécurité (prendre une fourche en plein centre, éviter les arbres pourris etc…) et trouver un point d’ancrage stable.

J’ai quelques anecdotes des premières réalisées ou j’ai eu quelques problèmes, sur une série de CUERS.

La première j’ai grimpé un arbre à sève… le pin manque d’expérience car la sève se dépose sur la corde lors de l’installation du coup à la descente ça a collé dans mon grigri et impossible de descendre. Le plus difficile à ce moment c’est de relativiser, et de se dire j’ai du matériel sur moi… que faire ? J’ai réussi en passant la zone collante, en y mettant le temps !

Une autre je vois la cache, très haute sur une branche, d’en bas c’est jouable suffit de monter en palier et repasser la corde, en 3 fois c’est bon. Ça c’est la théorie du débutant.

En réalité au premier palier c’est compliqué de tirer au-dessus sur une branche, mais j’ai réussi. Je suis allé jusqu’au troisième en repassant ma corde. Mais l’effet d’optique d’en bas m’a joué des tours, la cache est vraiment sur la branche et je ne sais pas comment y aller, la branche monte et n’est pas très grosse, 3 heures de grimpe pour redescendre en didn’t find…. Sur ce cas c’est le manque de matériel et de technique qui était en cause. Aujourd’hui j’ai le big shot pour tirer haut et la technique koala pour aller l’attraper :D

J’y retournerai ! :D

 

Vous avez complété la matrice D/T ! Cela signifie que vous avez découvert des caches de tous les niveaux, en cotation terrain comme en difficulté... c’est un challenge ardu ! Parmi toutes ces caches découvertes, lesquelles vous ont laissé le meilleur souvenir ?

La matrice a été remplie lors d’un évent l’Xtrem81 vers le Lac du Der. Vraiment très sympa juste les T5 pas très difficiles...

Le meilleur souvenir en grimpe c’est une T5D5 posé par Nitrus57 le chalet Lorrain (GC4ZW0Q), nous sommes allé à 3 pour la faire (Moi, Sarce et Machinery57), nous avons passé une après-midi dessus, invisible du sol et pourtant c’est une superbe grosse maison faite main ! Un long moment sportif, d’endurance, et d’agilité. Surtout en koala après une longue ascension. Mais la joie de la faire ne se remplace pas et efface toutes les douleurs.

 

J’ai appris beaucoup de choses, merci Zohan Z !

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)